MyHuisCompagnie

La première coopérative d’huissiers de justice a souhaité jouer la carte de l’union pour mutualiser ses coûts, au premier rang desquels… le courrier. L’optimisation de ses flux sortants avec Quadient est aussi pertinente économiquement que bénéfique humainement.

Huissier de justice, une profession gourmande en plis

A la tête d’une étude d’huissiers de justice à Rouen avec quatre autres associés, Georges Golliot emploie une quarantaine de collaborateurs au service de l’exécution de décisions de justice, de la délivrance d’actes ou encore du recouvrement amiable de créances. Des activités réglementées dont le formalisme se traduit par une forte production épistolaire, faite de relances de factures impayées, de notifications d’assignation à comparaître ou d’injonctions de payer en recommandé avec accusé de réception. « Le volume d’émission de courriers représente à peu près 150 000 plis par an » précise Georges Golliot. Un poste important pour une étude – notamment l’affranchissement –, mais aussi une source d’économie d’échelle judicieuse à l’échelle d’une coopérative réunissant 70 études.

fleche Optimisez l'envoi de vos courriers fleche

En quête d’économies et d’efficacité

C’est le sens de MyHuisCompagnie, première coopérative d’huissiers de justice qui a vu le jour en février 2018. Georges Golliot en est le président du conseil d’administration, et il a déjà impulsé une dynamique de mutualisation des process et des coûts afin de gagner en compétitivité. Après la mise en place d’un partenariat avec une centrale d’achats de fournitures et mobilier de bureau, ce réseau qui regroupe environ 230 huissiers dans toute la France a donc décidé d’attaquer de front la problématique de la gestion du courrier sortant. MyHuisCompagnie s’est tourné vers Quadient avec un triple enjeu :

  • réduire le coût de l’affranchissement ;
  • construire une solution sur-mesure ;
  • être en capacité de la faire évoluer dans le temps.

Des gains de temps et d’argent

La solution d’agrégation du courrier sortant que l’étude G2M a pu expérimenter est le résultat d’échanges fructueux entre les huissiers de justice de Rouen et les équipes de Quadient. « Leurs ingénieurs parlaient le même langage que nos opérationnels lorsqu’il a fallu effectuer les paramétrages » retient Georges Golliot, qui a rapidement constaté les bénéfices dans son étude. En termes d’économies d’abord : « Cela nous a permis d’accéder au tarif industriel de la Poste, soit une réduction des coûts d’affranchissement de 20 à 30 % qui s’ajoute à une tarification avantageuse du coût de fabrication du courrier. » L’externalisation de l’impression et de la mise sous pli dans un centre éditique a quant à elle pu décharger les collaborateurs de la gestion du courrier. « Cela leur donne 10 à 30% de temps en plus pour pouvoir accueillir nos clients et mieux les renseigner. »

Aller plus loin dans la transition numérique

Forte d’un premier bilan positif, la solution de gestion du courrier sortant est déployée progressivement dans les différentes études de la coopérative avec un objectif ambitieux fixé par Georges Golliot : « Atteindre le million de plis sortants traités via cette solution d’ici fin 2020 ». Le partenariat avec Quadient se poursuit par ailleurs pour pouvoir adapter la solution aux spécificités du métier, comme l’incorporation automatique des pièces jointes aux courriers, et la création d’un centre éditique afin d’internaliser les moyens d’impression lorsque le volume dépassera 1,5 million de courriers par an. « On attend aussi que Quadient nous accompagne dans notre transition numérique en générant d’autres flux (mail, notifications) ou en nous aidant à créer des modèles statistiques afin d’aller vers une modélisation prédictive qui nous permettra de valoriser notre base de données. »