Rencontre avec Sébastien Bellart, Directeur Général DJO Global, et Anne Broquart, Responsable du Service Clients DJO Global.

Pouvez-vous présenter l’activité et l’histoire de DJO France ?
Sébastien Bellart, Directeur Général DJO Global :
« DJO France est une filiale du Groupe DJO, leader mondial dans le domaine des dispositifs médicaux. Avec un effectif de plus de 200 collaborateurs, la société basée à Bayonne réalise un chiffre d’affaires d’environ 82 millions € pour 3500 références en stock et 15 000 clients.»

Quelle solution utilisiez vous avant de faire appel à Neopost ?
Anne Broquart, Responsable du Service clients DJO Global :
« Avant de déployer Neotouch, nous préparions manuellement l’envoi de nos 32 000 factures clients mensuelles avec nos imprimantes, mises sous pli et machines à affranchir. Le temps de traitement manuel lié à cet envoi prenait environ une demi-journée, sans compter le temps perdu lors des incidents machines.

Pourquoi avoir choisi la solution Neotouch de Neopost ?
Anne Broquart, Responsable du Service clients DJO Global :
« Nous avons décidé de nous intéresser aux solutions d’externalisation d’envoi de nos factures pour ne plus avoir à gérer cette tâche manuellement. Par ailleurs, nous recherchions une solution nous permettant d’envoyer à la fois des factures papier et des factures électroniques pour être en phase avec l’évolution de la règlementation qui pousse à la dématérialisation. Pour cela nous avons consulté 4 sociétés. La solution Neotouch nous a séduit de par son ergonomie et ses fonctionnalités. Grâce à Neotouch, nous bénéficions d’une solution complète nous permettant de gérer nos flux papier et électroniques. Neopost est également une entreprise sérieuse reconnue sur le marché du courrier. Enfin, le suivi commercial et la proximité des équipes de Neopost nous ont rassurés. »

Comment s’est déroulé de déploiement de la solution au sein de DJO France ?
Comment ce bouleversement a t’il été perçu par vos clients et vos équipes en interne ?

Anne Broquart, Responsable du Service clients DJO Global : « Le déploiement a été extrêmement rapide. Il a pris moins d’un mois entre la commande et la mise en production. Nous avions pour objectif de passer 50% de nos factures au format électronique la 1ère année. 3 mois après la mise en production, nous avons dépassé cet objectif et nous en sommes à 75% ! Nos clients recevant nos factures au format électronique sont notifiés par e-mail de la mise à disposition des factures sur un portail sécurisé dans lequel nous les archivons pour une période d’1 an. Nous avons dû également éduquer et convaincre nos collaborateurs de cette démarche afin qu’ils puissent accompagner et répondre aux objections des clients réfractaires à ce changement. Nous avons collaboré avec les équipes de Neopost sur la définition des règles spécifiques d’envoi, comme par exemple le dispatch entre les envois papier et électroniques. La formation des équipes de la comptabilité client a été faite sur 2 jours et les équipes de Neopost ont assuré un suivi régulier la semaine suivant la mise en production. »

Quels bénéfices en avez-vous retirés ?
Sébastien Bellart, Directeur Général DJO Global : « Ce projet a contribué à renforcer l’image dynamique et innovante de DJO sur notre marché. Nous n’avons plus de stress généré par les incidents machines qui mettaient l’ensemble de nos services sous tension. Nous économisons ½ journée par jour en temps homme. Les économies d’affranchissement restent encore à chiffrer. »

Prévoyez-vous de faire évoluer la solution dans un proche avenir ? 
Sébastien Bellart, Directeur Général DJO Global : « Nous étudions actuellement le déploiement du service Neotouch au sein de notre service Marketing pour l’envoi de nos mailings. A moyen terme, nous regardons pour optimiser et automatiser le traitement de nos factures fournisseurs avec la solution Neotouch. »

Recommanderiez-vous la solution Neotouch ?
Sébastien Bellart, Directeur Général DJO Global :
« Nous sommes complètement satisfaits de la solution Neotouch et sans aucun doute, nous la recommanderions aux directions financières qui chercheraient à externaliser et dématérialiser l’envoi de leurs factures clients ! »